1. Enjeux

 

Estimé à plus de 20 milliards d’euros d’investissements, le déploiement de la fibre optique jusqu’à l’abonné (FTTH) est l’un des grands chantiers de ces dix prochaines années. Compte tenu de ces enjeux majeurs, le Ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation Professionnelle et du Dialogue Social a décidé de mobiliser à la fin de l’année 2012, le dispositif des Appuis Techniques Prospectifs, afin de conduire une action permettant d’avoir un diagnostic et mettre en place en plan d’action commun aux acteurs impliqués dans le déploiement de la fibre optique. Cet Appui Technique Prospectif a notamment pour enjeux d’éclairer l’Etat et les professionnels de la filière sur les besoins en main d’œuvre, de disposer d’un outil de dialogue entre les parties prenantes de ce grand chantier mais aussi d’élaborer un plan d’actions pour permettre aux professionnels de la filière de répondre aux enjeux du déploiement de la fibre optique.

 

2. Plan France Très Haut Débit et FTTH

Au printemps 2013, le Plan France Très Haut Débit été lancé avec comme objectif de couvrir intégralement le territoire en haut débit d’ici à 2022 en donnant la priorité au déploiement de réseaux optiques jusqu’à l’abonné (FTTH). Pour répondre à ce plan ambitieux, les pouvoirs publics misent aussi sur le montée en débit à l’aide de la technologie VDSL2 portée par le réseau cuivre actuel mais aussi dans le cas d’extrême urgence pour le zones rurales à l’utilisation des technologies hertzienne (terrestres ou satellitaires). Pour arriver à cet objectif, le Plan prévoit un investissement de 20 milliards d’euros partagé entre les opérateurs privés, les collectivités territoriales et l’Etat. Cet investissement sera alors fait en s’orientant sur deux types de zones, conventionnées ou non. Pour les zones conventionnées, portées par des investissements privés et publics, l’intégralité de la couverture sera faite selon la technologie FTTH et représentera 57% de la population française. Pour les 43 % restants, des Réseaux D’Initiative Public portés par les collectivités territoriales seront alors réalisés selon un mixage des technologies par l’utilisation du FTTH, de la LTE-4G mais aussi des solutions satellitaires.

Aux vues de ces différents constats, il est à noter que 80% de la population sera alors couverte par la technologie FTTH. Ce très fort pourcentage laisse à penser que d’ici 2022, 33,9 millions d’unités (ou prises terminales) seront à réaliser sur l’ensemble du territoire. La globalité de ces prises ne sera certainement pas raccordée d’ici 2022, pour des raisons d’accessibilité d’infrastructures mais aussi d’accord, et un ratio de 80 % de ces prises a donc été avancé à savoir 27,1 millions de prises.

 

3. Perspectives entrepreneuriales.

Fort de ses 280000 collaborateurs et de ses 26 milliards d’euros de chiffre d’affaires par an, les entreprises d’installations électriques sont prêtes à répondre aux projets portés par les opérateurs privés et les collectivités territoriales.

Afin que les entreprises répondent « présentes », un tel chantier, dans ladifficulté économique actuelle, a basé son déploiement sur différents facteurs influençant leur positionnement sur ce type d’activité : une préservation continue des capacités d’investissement des acteurs privés et publics, une stabilité sur plusieurs années du cadre réglementaire, la relance économique de leur secteur, la mise en place de façon continue des fibrages des immeubles ainsi que le développement perpétuel des applications numériques. Ces nouvelles données ont eu pour effet de vouloir intéresser un maximum d’entreprises d’installations électriques voulant alors se développer et investir dans une nouvelle compétence encore inexplorée il y a de çà quelques temps.

Ce constat, où un réel besoin d’entreprise et de main d’œuvre est nécessaire, a aussi fait naitre l’idée que plusieurs types d’entités pourraient répondre seul ou conjointement aux différents appels d’offres publics mais aussi au marché des intégrateurs privés. Il y a les entreprises d’envergure nationale qui sont à même de pouvoir réaliser l’intégralité du déploiement ce qui est appelé la solution « clef en main » et d’autres entreprises de petites et moyennes tailles qui prendront la décision de ne se positionner que sur un des multiples postes que génèrera le déploiement du FTTH (réalisation de la colonne montante dans les immeubles neufs, raccordement des abonnés dans les parties privatives…).

La technologie FTTH, bien que classique dans le monde des télécommunications, est basée sur une succession d’interventions et donc d’intervenants à chaque étape. Afin de mener à bien ce projet de grande envergure, une segmentation selon les familles de métiers peut être représentée de la façon suivante :

De cette organisation sorte ce jour deux types de métiers : les métiers à prédominance négociation-bureau d’étude et les métiers terrains basés sur le déploiement-installation-raccordement-maintenance.

Les métiers de négociation- bureau d’études ne représenteront pas l’intégralité des recrutements nécessaire pour le déploiement du FTTH selon les critères évoqués par le Plan France Très Haut Débit. La famille terrain est-elle beaucoup plus pourvoyeuse d’emplois que ce soit dans les raccordements de colonne montante d’immeuble et de raccordement d’abonnés. Ce manque cruel de main d’œuvre est essentiellement dû à la complémentarité et la nécessité d’avoir plusieurs types de postes au sein d’une même équipe (poseur, tireur de fibre, soudeur, responsable de chantier). Une reconversion de ces employés, en fin de déploiement structurel, sera alors rendue en les formant sur l’aspect maintenance préventive et curative du réseau mais aussi sur les raccordements abonnés qui ne seront jamais terminés.

  

4. Ressources humaines.

Sur ces différents constats présentés précédemment, un problème en termes de ressources humaines va donc être à combler afin de palier à ce manque cruel de main d’œuvre qualifiée.

Une simulation sur les années à venir présente d’une part le nombre d’emplois qu’il va être nécessaire de créer mais aussi la répartition géographique des emplois à créer.

 

 

Que ce soit sur le nombre d’emplois cumulés ou sur la répartition par régions, il faut entendre par là que ces emplois vont se répartir selon différentes fiches métiers :

 

  • Monteur-câbleur :
    • Activités :
      • Installer un poteau, un mât et ses accessoires et en vérifier l’aplomb et l’orientation
      • Hisser, fixer et régler un câble et ses accessoires
      • Poser des aiguilles avec un appareillage pneumatique (furet) pour le passage de câbles dans les gaines
      • Poser des aiguilles de tirage en fibre de verre entre deux chambres de tirages
      • Tirer le câble selon les préconisations du chef de chantier et des bureaux d’étude du client en respectant le CCTP.
      • Installer les différentes infrastructures d’accueil sur le réseau structurant
    • Compétences :
      • Lecture plan
      • Technologies des fibres optiques
      • Règles et consignes de sécurité
      • Règles de poses des fibres optiques selon les infrastructures.
    • Raccordeur optique :
      • Activités :
        • Raccorder les fibres optiques dans les boitiers d’épissurages structurel du réseau
        • Raccorder les fibres optiques dans les tiroirs optiques du NRO, des PMZ
        • Mise en place des points de branchements et points d’attache
        • Réaliser les différentes jarretièrages d’alignement de route
      • Compétences :
        • Lire un synoptique optique
        • Connaitre les architectures réseaux optiques
        • Utiliser les outils de raccordements (soudeuses optiques)
        • Comprendre les enjeux et intérêt du FTTH
        • Savoir identifier les différents éléments constitutifs des réseaux optiques.

 

  • Technicien de raccordement :
    • Activités :
      • Identifier les éléments nécessaires aux tirages et raccordement optique
      • Réaliser des mesures sur un lien optique avec conception d’un cahier de recette.
      • Remise de Dossier d’Ouvrage Exécuté des travaux
      • Communiquer avec les intégrateurs (hot line, NOC…) pour vérifier la conformité de l’installation
      • Renseignement sur les supports d’intervention
    • Compétences :
      • Utilisation des outils de raccordements optiques et des appareils de mesures
      • Utilisation de logiciel de conception d’un cahier de recette
      • Lire les plans de raccordement
      • Organisation des baies de brassage

 

  • Personnels encadrants :
    • Activités :
      • Planification des journées des équipes terrains
      • Encadrement sur le terrain pour pallier aux différents problèmes
      • Approvisionner les équipes de déploiements en matériel, consommable et dossier de réalisation
      • Assurer les suivis de chantier et compte rendu sur l’avancée du projet
      • Faire respecter les règles de sécurité et la conformité des travaux
      • Anticiper les permissions de voiries et accès aux immeubles
    • Compétences :
      • Connaissance des réseaux optiques
      • Lire les synoptiques optiques des différentes liaisons
      • Organiser les travaux de plusieurs équipes de techniciens.
      • Utilisation de soudeuse à fibre optique et des réflectomètres.

 

 

  • Raccordeur abonnés :
    • Activités :
      • Tirage et raccordement optique jusqu’à la prise client
      • Mesure photométrique du lien optique
      • Mise en service du lien optique
      • Appel après des intégrateurs pour vérifier la conformité de la commande et activation des services choisis par le client final
      • Rédaction de compte rendu d’intervention par abonné
      • Explication auprès des abonnés des différents équipements actifs
    • Compétences :
      • Utilisation de la soudeuse à fibre optique
      • Positionner les câbles d’adduction au logement en respectant le CCTP
      • Activer les services à l’aide d’un ordinateur
      • Connaitre les règles d’ingénierie d’un réseau FTTH
      • Utiliser les appareils de mesures

 

Les entreprises voulant s’engager dans ce déploiement du FTTH pourront envisager deux solutions :

  • Redéployer les ressources humaines en interne pour celles ayant déjà des compétences sur des réseaux structurants (tel que le cuivre auparavant) et/ou recourir aux employés étant polyvalents et multi compétents.
  • Avoir recours à un recrutement externe en affectant les nouveaux entrants directement sur les chantiers FTTH

Il est à noter que les entreprises ayant déjà une expérience sur la fibre jusqu’à l’abonné soulignent un certain nombre d’enjeux liés au recrutement : la pénurie des compétences d’ores et déjà constatée et la nécessité de l’attractivité du métier pour faire face à l’accélération des déploiements.

Quelle que soit la solution envisagée parmi les deux précédentes et pour que les objectifs de Plan France Très Haut Débit soient atteints, des formations continues ou qualifiantes pour le personnel déjà en place ou pour des nouveaux entrants paraissent être inévitables.

La formation continue, enseignée dans les centres de formations spécialisés, est d’autant plus appréciée par les entreprises utilisatrices puisqu’elle forme les futurs techniciens de façon pragmatique et a comme avantage de pouvoir proposer des stages sur le terrain.

   

5. Genèse d’un projet de centre de formation

Les constats présentés au préalable et les cartographies et chiffres suivants font réagir les professionnels sur leur potentialité à atteindre le projet Plan France Très Haut Débit. Certaines régions potentiellement pourvoyeuses d’emplois et de compétences techniques sont totalement délaissées par les centres de formations fibre optique. Les entreprises, déjà affectées économiquement, ne pourront ou ne voudront pas engendrer des frais supplémentaires afin de former leur personnel à cette nouvelle technologie en leur faisant faire des déplacements. La solution et les conditions incompressibles sont de ramener au plus près des entreprises de télécommunications des formateurs permettant de pouvoir développer leurs activités et leurs compétences tout en pérennisant l’entreprise. Certaines régions provinciales telles que le Poitou Charentes, le Limousin et le Centre sont totalement dépourvues de centres de formations alors que les prévisions d’emploi et de formations à assurer sont très rassurantes avec 2500 personnes à former sur l’ensemble de ces trois régions en 10 ans.

   

6. EURITECH FORMATIONS

Le constat de manque de main d’œuvre qualifiée allié au problème des désertifications géographiques des centres de formations a fait germer l’idée au sein du même groupe (SGH Télécom, SGH Consulting et Euritech Consulting) de créer un centre de formation EURITECH FORMATIONS. Ce centre serabasé en Limousin pour former les techniciens d’installation en Fibre Optique et plus particulièrement sur le FTTH sur une zone de chalandise non pourvue.

Fort de leur expérience entrepreneuriale et de leur difficulté à recruter des personnes susceptibles de correspondre au profil de techniciens en fibre optique, le groupe via son entité EURITECH FORMATIONS a mis en place une formation complète sur les déploiements de réseaux à fibre optique et plus particulièrement le FTTH.

Cette formation permettra de combiner des compétences théoriques et pratiques en alternant des phases de formations théoriques en salle et des phases de formations pratiques en plateau et sur le terrain.

Afin de pouvoir au mieux répondre aux exigences des personnes à former et aux entreprises voulant faire évoluer leur personnel, EURITECH FORMATIONS a décidé de créer pour ce faire une formation composée de 11 modules eux même subdivisés en modules théoriques et pratiques. Cette souplesse permet de pouvoir en fonction du titre professionnel de la personne visée soit de prendre l’intégralité de la formation, soit de prendre un module complet, soit un sous module (théorique ou pratique).

La formation globale est ainsi composée :

  • Généralités sur les télécommunications (1 sous-module)
  • Généralités sur les fibres optiques (2 sous-modules)
  • Architecture des réseaux FTTx (1 sous-module)
  • FTTH – Généralité (2 sous-modules)
  • FTTH – Monteur câbleur (2 sous-modules)
  • Sécurité sur les déploiements de réseau (2 sous-modules)
  • Habilitation Electrique BS-BE Manœuvre (1 sous module)
  • Aptitude à la conduite PEMP (1 sous module)
  • FTTH – Raccordeur optique (2 sous-modules)
  • FTTH – Technicien de raccordement optique (2 sous modules)
  • FTTH – Raccordement abonnés (2 sous-modules)

A chaque fin de module, l’élève aura une validation d’acquis et un livret de formation rappelant l’intégralité du contenu qui lui sera remis. Différents blocs de formations seront d’autre part mis en place et permettront l’obtention d’un titre reconnu par la CNCP.

A la sortie de cette formation, toute personne sera alors capable de pouvoir travailler sur le réseau FTTH, peu importe son lieu d’affectation sur le réseau FTTH et peu importe son poste attitré. A ce titre, la personne formée devra rédiger un rapport de formation et subir un test de validation d’acquis sur l’intégralité.

Les formations sur le terrain ou plus communément appelées « stage en entreprise » seront assurées sur les différentes déploiements FTTH sur lesquels les différentes entreprises du groupe travaillent.

Cette formation étant dense en enseignement et en nouvelles informations, les personnes, suivant les modules ayant une partie pratique, auront immédiatement après la formation en plateau plusieurs jours sur le terrain afin de valider leurs acquis et ainsi mettre en œuvre les fondamentaux appris dans des conditions ne relatant pas la réalité.

EURITECH FORMATIONS dans le cadre de son déploiement désire fédérer les différents organismes intervenants sur l’ambitieux projet Plan France Très Haut Débit.

A ce titre et afin de communiquer auprès de ce secteur d’activité pauvre en main d’œuvre, EURITECH FORMATIONS souhaite s’entourer des services publics compétents (Pole Emploi, les différentes Maisons Locales, DIRECTE, Ministère de l’Emploi) afin de promouvoir lors de réunion d’informations auprès des chômeurs, des élus, des employés des services territoriaux, les différentes opportunités de débouchés dans ce domaine et leur grande utilité dans le mode de vie de tous les jours aussi bien actuels que futurs.

D’autre part, les consulaires tels que les Chambres de Commerce et d’Industrie (CCI) et les Chambres de Métiers, jouent un rôle prépondérant dans les secteurs économiques de leur région. Leur rôle charnière permet de pouvoir mettre en relation les différents acteurs intervenants dans un secteur spécifique. EURITECH FORMATIONS souhaite pouvoir intégrer et interagir au sein de ces différentes structures et permettre ainsi de pérenniser les entreprises locales en leur offrant des services de formations.

Outre ces structures, pour la montée en débit définie selon le Plan France Très Haut Débit, les techniciens des entreprises privées ou des différents Réseaux d’Initiative Public auront un besoin structurel et informatif sur le déploiement de réseaux en fibre optique FTTH. EURITECH FORMATIONS souhaite s’engager à leur côté et ainsi présenter les travaux que les techniciens en déploiements réalisent sur le terrain.